Eleven Days, Eleven Nights (1987)

Synopsis : « Michael est un jeune entrepreneur à la vie rangée et qui s’apprête à se marier. Sur un bateau, son regard croise celui de Sarah, blonde aux yeux ardents qui l’entraîne dans la cale pour une expérience torride. Il devient dès lors le jouet de cette femme aussi belle que dominatrice, bien décidée à le manipuler pour les besoins de son livre. » (Sébastien Gayraud – Joe D’Amato le réalisateur fantôme)

Titre original : Eleven Days, Eleven Nights (11 giorni, 11 notti) – Pays : Italie – Année : 1987 – Réalisation : Joe D’Amato – Histoire et scénario : Rossella Drudi, Claudio Fragasso – Maison de production : Filmirage – Photographie : Joe D’Amato – Montage : Rosanna Landi – Musique : Piero Montanari – Costumes : Max Serafian – Durée : 84 min. – Genre : Erotique…

Distribution : Jessica Moore (Sarah Asproon), Joshua McDonald (Michael Terenzi), Mary Sellers (Helen), Tom Mojack (Dan), Laura Gemser (Dorothy Tipton), Giovanni Lombardo Radice (Charlie), Valentine Demy (Figuration)…

Dates d’exploitation : Italie (27 Mars 1987), Allemagne (27 Août 1987), Corée (30 Décembre 1988), Portugal (24 Février 1989), Turquie (Juin 1991)…

Titres alternatifs : Allemagne : Elf Tage und elf Nächte – Brésil/Portugal : Onze Dias, Onze Noites – Canada : (Fr.) Onze jours et onze nuits – U.K : (DVD) 11 Days 11 Nights Part 1 – Fantasy Becomes Reality – Turquie : 11 gün 11 gece

Ils en parlent :

[Fr.] « Encore un film érotique « BC-BG » dans la série des productions Filmirage. C’est classe, c’est bien éclairé, les filles sont belles, les décors sont beaux et, cette fois, l’intrigue est même un peu plus structurée (…) On notera au passage que Eleven Days, Eleven Nights (Onze Jours, Onze Nuits) louchait du côté de 9 semaines et demie qui venait d’obtenir un vif succès cette année-là. » (N.Moutier – Monster bis)

[Fr.] « Onze jours, onze nuits inaugure la « période américaine » de D’Amato ; comme son titre l’indique, il est directement inspiré du 9 semaines et demie d’Adrian Lyne (1986), dont il inverse les rôles. Le film n’en est pas pour autant féministe ni même vaguement bon ; il est toutefois plus excitant que son modèle américain (ce qui n’est certes pas un exploit) grâce à l’altière Jessica Moore. Grand succès dans les salles italiennes et anglaises (!), Onze jours, onze nuits est le premier volet de ce que les exégètes massaccesiens nomment la « trilogie Sarah Asproon », qui comprend également Tendre libertine et L’esclave des sens. » (Jacques Lémurien – Tausend Augen)

Liens externes : IMDB …

 

Affiches :

Lobby cards  :

(Allemagne)

11Days - LC It.A1

Fotobusta (Italie)

Synopsis et coupures de presse :

VHS :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s